vendredi 6 décembre 2019

> À la une

20

Nouvelle réforme d’homologation WLTP

Le WLTP, qu’est-ce que c’est ?

Le cycle d’homologation WLTP est un nouveau protocole permettant de mesurer la consommation de carburant ainsi que les émissions de CO2 et de substances polluantes par les véhicules. Ce dispositif a été mis en place par la CEE-ONU en remplacement du NEDC qui était en vigueur depuis les années 1990.

Ainsi, tous les nouveaux véhicules immatriculés depuis le 1er septembre 2018 doivent avoir été homologués selon la norme WLTP.  Jusqu’à fin 2019, les résultats d’émission de CO2 de tous les véhicules homologués WLTP doivent être convertis par le constructeur dans leur équivalent NEDC (appelé NEDC corrélé). Le calcul est effectué suivant plusieurs critères (notamment en tenant compte de la valeur basse de l’homologation WLTP) avec l'outil de mesure informatique CO2MPAS mis en place par la Commission européenne, qui permet à tous les véhicules d'être taxés sur une échelle NEDC corrélée.

Les valeurs en NEDC corrélées entrainent de fait une hausse des valeurs de consommation d’au moins 6 %, par rapport au NEDC et par conséquent une augmentation du taux de malus applicable.

De nombreuses inquiétudes nous parviennent des professionnels de l’automobile, qui ne peuvent communiquer clairement auprès de leur clientèle. En effet, il est impossible tant pour le grand public, que pour le professionnel de connaitre le taux de NEDC corrélé (il ne figure sur aucun document), celui-ci étant calculé par un outil informatique CO2MPAS de la commission européenne qui n’est pas accessible au grand public.

A suivre…
La FNA a adressé de nombreux courriers à destination des sénateurs, ministère de l’économie et des finances, ministère de l’intérieur pour, dans un premier temps demander à ce que soit revue la grille de malus pour s’adapter au taux NEDC corrélé et de fait, ne pas impacter le consommateur. À l’heure où nous écrivons ces lignes, un amendement du gouvernement à la loi de finances pour 2019, a été adopté et vise à assouplir le barème de malus afin de minimiser cette hausse.

La FNA demande à ce que soit mis en place au plus tôt un simulateur qui permette aux professionnels de connaitre le taux NEDC corrélé avant de réaliser la démarche dans le SIV et par conséquent pouvoir simuler le coût du certificat d’immatriculation et l’annoncer à son client pour éviter les déconvenues. La branche maintenance-vente reste très attentive sur ce sujet et à la prise en compte de ses demandes.