mercredi 18 septembre 2019

> À la une

27

               

REFORME DU PERMIS DE CONDUIRE : 

L’avis de l'UNIC sur les mesures gouvernementales parues cet été 


Le jeudi 2 mai 2019, Monsieur le Premier Ministre et Monsieur le ministre de l’intérieur ont annoncé des mesures visant à baisser de 30% le prix du permis.         
Pour l’UNIC, branche Education Routière de la FNA, la plupart des solutions envisagées, reprises du rapport DUMAS-GUERINI « Vers un permis de conduire plus accessible et une éducation routière renforcée » n’auront pas les effets escomptés et précipitent la mort d’une profession. Plusieurs d’entre-elles sont entrées en vigueur cet été. L’UNIC vous informe.

► Code au Service National Universel (SNU), « Candilib », permis à 17 ans : des erreurs majeures

Code de la route pendant le SNU

M. Edouard PHILIPPE a annoncé la prise en charge par l’Etat de l’inscription et de la formation au code de la route dans le cadre du Service National Universel. Il s’agit selon l’UNIC, d’une gabegie financière. Les entreprises étant sélectionnées par voie d’appel d’offre, cela favorisera de surcroît les grandes structures et les plateformes en ligne ; là où plus de 99% des établissements sont des entreprises de proximité de type TPE.  

Inscription en ligne à l’examen du permis de conduire, « Candilib »

Au rang des mesures dangereuses annoncées, on compte également « Candilib », l’inscription en ligne directement par les candidats à l’examen du permis de conduire, qui sera expérimenté en Occitanie. L’impact sur les délais sera catastrophique ; les longs délais résultent en effet de la trop faible production de places d’examens et non d’une supposée mauvaise volonté des intermédiaires. En effet, les écoles de conduite présentaient jusqu’à présent les élèves une fois ces derniers prêts, sans engorger des centres d’examen déjà en sous-effectifs. Avec cette réforme, il faut s’attendre d’une part à ce que les établissements de la conduite n’accompagnent plus individuellement leurs élèves au passage de l’examen avec leurs véhicules. D’autre part, ces inscriptions libres seront inévitablement accompagnées d’un absentéisme accru provoquant des créneaux inoccupés et rendant l’organisation de ces examens chaotique.

Publication des taux de réussite

A cela s’ajoute l’annonce de la publication des taux de réussite des écoles de conduite que l’UNIC conteste depuis des années pour des raisons évidentes. En effet, la seule prise en compte des taux de réussite ne mènera immanquablement au sacrifice d’une partie des élèves, dans un souci élitiste de conservation d’un bon taux de réussite.

Permis de conduire dès 17 ans

Enfin, M. Castaner a annoncé que les élèves en conduite accompagnée pourraient très rapidement obtenir le permis de conduire dès 17 ans. C’est chose faite. Cela pose la question de la maturité des élèves et des conséquences sur la sécurité routière.

► Des propositions cosmétiques ou peu efficaces

Le gouvernement entend encourager le passage d’examens sur boite automatique en réduisant à trois mois, depuis le 22 juillet, les délais de conversion de ces permis en permis manuels. A cet égard, M. COLOMBANI, président de l’UNIC, rappelle que  90% du parc français est équipé de boites manuelles. « Certes, l’automatique nécessite moins de leçons. Mais la formation complémentaire de 7h devra être faite dans la majorité des cas, ce qui ne change pas le prix final du permis. Ce n’est pas une mauvaise mesure mais elle est marginale. »

Le défaut d’efficacité peut également être reproché au développement des simulateurs que M. CASTANER entend promouvoir (jusqu’à 10h au lieu de 5h depuis le 22 juillet).Une mesure qui, là encore, ne fera pas baisser le coût du permis et qui ne remplacera jamais une heure de conduite en situation réelle. . « Le simulateur est utile mais ne doit pas faire croire que les heures de simulateur permettront de baisser d’autant le nombre d’heures de conduite. Cela entretiendra un prix d’appel plus bas, mais le prix final n’en sera pas ou peu impacté », poursuit M. COLOMBANI.

Une annonce satisfaisante : le développement des permis encadrés dans le cadre de l’apprentissage. Cette possibilité devrait être étendue à d’autres formations, comme l’aide à la personne par exemple.

L’ensemble de ces annonces démontrent, comme l’UNIC le craignait, que le rapport DUMAS-GUERINI proposait des décisions déjà prises. Les discussions avec les acteurs de la filière n’étaient que simulacre de concertations. L’UNIC reste mobilisée pour la profession et informera prochainement ses adhérents sur les actions à mener.