jeudi 15 novembre 2018

> À la une

20

A l’initiative de la FNAA, une réunion a eu lieu le 19 avril sur Paris entre les dépanneurs-remorqueurs, le SNSA (Syndicat National des Sociétés d’Assistance) et les dirigeants des principales sociétés d’assistance(*). Les autres représentants des entreprises de dépannage-remorquage étaient également présents.

Après presque 4 années de tensions croissantes ayant débouché début février sur un mouvement de protestation des dépanneurs initié par les professionnels de la FNAA 73 et 74, avec un risque d’extension à un niveau national, cette réunion est un événement en soi: il s’agissait là d’une toute première rencontre entre deux professions pourtant étroitement interdépendantes.

«Être enfin compris et respectés»
L’essentiel des débats a ainsi porté sur des problématiques-métier traduisant la profonde incompréhension qui s’est installée ente les deux parties. Les professionnels ont pu souligner leur trop grande dépendance vis-à-vis des assisteurs, dépendance interdisant jusqu’alors toute négociation et explication. Ils ont largement fait état de leurs difficultés et des spécificités de leur métier, trop souvent incomprises par les donneurs d’ordres.

Ils se sont attachés à démontrer l’impact que cette incompréhension a sur la rentabilité de leurs entreprises, voire sur l’exercice même du métier, quand ils sont par exemple confrontés à des exigences irréelles, telles que l’obligation de réparer sur place jusqu’à 60% des véhicules immobilisés.
«Ce type d’exigence, qui ignore à la fois la complexité croissante des pannes et les risques encourus sur site par les professionnels, en dit long sur le fossé qui nous sépare des sociétés d’assistance. L’enjeu essentiel de cette réunion était, pour les dépanneurs-remorqueurs, autant d’être enfin compris que respectés», expliquent Régean Floret et Claude Aubry, respectivement Vice-Président et membre de la branche Dépannage-Remorquage de la F.N.AA.

Calendrier de rencontres
La question de la tarification des prestations de dépannage-remorquage a bien sûr été abordée, un sujet que la F.N.AA a replacé dans son contexte en exigeant plus de transparence dans les négociations commerciales et un respect strict de la réglementation commerciale.

Au terme de la rencontre, une vingtaine de points à traiter prioritairement ont ainsi pu être listés par les deux parties. Une Commission de travail a été ébauchée autour de ces problématiques-métiers.
«Deux réunions de travail sont déjà planifiées au mois de juin et au mois de septembre; la ommission se fixe pour objectif d’avoir trouvé des solutions  avant l’automne aux principaux différends qui opposent les acteurs du dépannage remorquage», précise Aliou Sow, Secrétaire Général de la F.N.AA, en se félicitant de l’esprit d’ouverture qui présidait à cette première rencontre.

(*)ACTA Assistance, AXA Assistance, Europ Assistance, Fidelia, Garantie Assistance, Inter Mutuelles Assistance, Mondial Assistance, Mutuaide Assistance et RAC France

20 avril 2011