samedi 17 novembre 2018

> À la une

22
                                                             




Saint-Ouen, le 22 Octobre 2014

Stations-service en danger

La FNAA très inquiète suite à l’annonce de
la suppression du financement du Comité Professionnel de la Distribution de Carburants (CPDC)


La FNAA tient à manifester son inquiétude et sa colère après que le Gouvernement ait annoncé, dans le cadre de la Loi de Finances 2015, sa volonté pure et simple de ne plus financer le CPDC (Comité Professionnel de la Distribution de Carburants). La FNAA annonce qu’elle va se mobiliser pour éviter cette décision catastrophique, tant pour les stations-service concernées que pour les millions de consommateurs-automobilistes impactés par un inévitable accroissement de la désertification de la distribution de carburants en France.

En place depuis le début des années 90, le CPDC permet d’octroyer des aides aux stations-service du réseau traditionnel qui souhaitent se mettre aux normes environnementales et/ou se rénover. Sa disparition programmée par le Gouvernement sera une catastrophe pour des milliers de stations-service, à commencer par celles qui ont déposé les 2 200 dossiers en cours auprès du CPDC pour obtenir ces aides, dont 1 140 concernent la coûteuse mise aux normes environnementales (cuve à double paroi) pour laquelle la FNAA a obtenu un report d’échéance à fin 2016 (pour les stations faisant moins de 500 m3).

La FNAA s’alarme de l’impact immédiatement mortifère d’une telle annonce sur ces stations-service. Si elle se confirmait, la décision du Gouvernement va accélérer la désertification de la distribution de carburants à un rythme effréné pour des raisons évidentes :

·    la plupart des demandes d’aides émanent de points de distribution ruraux ou périurbains, dont les faibles volumes de carburants vendus, liés aux très faibles marges de l’activité (0,8 à 2 centime(s)s par litre), rendent déjà leur survie terriblement précaire ;

·       confrontées aux coûts élevés de la mise aux normes environnementales, seule la perspective d’une aide du CPDC permet encore à beaucoup de ces stations-service d’être soutenues par leurs banquiers. Mais alertées par la fin du CPDC, les banques vont être logiquement enclines à retirer leurs offres de financements, provoquant un dramatique effet domino qui va immanquablement précipiter des fermetures en chaîne.

Au-delà des 30 000 emplois directs concernés par la distribution de carburant, la FNAA rappelle au Gouvernement que cette inéluctable désertification de la distribution de carburant en France va injustement pénaliser des millions d’automobilistes et tout particulièrement les consommateurs ruraux et périurbains pour lesquels il n’existe aucune alternative crédible aux déplacements automobiles. 17 millions de Français doivent déjà faire 5,2 km pour rallier une 1ère pompe, soulignant l’un des plus faibles maillages d’Europe : dans 38 départements, il faut même rouler 15 à 38 minutes pour en trouver une seconde !

La FNAA rappelle également au Gouvernement que, dans beaucoup de régions sinistrées où les commerces de proximité ont fermé les uns après les autres, la station-service est souvent devenue l’ultime point de ravitaillement en produits de première nécessité, voire même parfois en services publics. Elle constitue également, pour un grand nombre d’artisans de l’automobile, un complément de revenus essentiel au maintien de leurs autres activités de commerce et de réparation automobile.

Dans ce contexte de grande urgence, la FNAA exige l’abandon immédiat de cette mesure. Elle s’apprête à solliciter tous les élus de la Nation pour les sensibiliser aux inévitables impacts sociaux majeurs de cette suppression annoncée du CPDC, dont de toute évidence, le Gouvernement n’a pas pris la pleine dimension des conséquences dramatiques à très court terme.

Annexe données chiffrées



Saint-Ouen, le 15 Octobre 2014
Saint-Ouen, le 15 Octobre 2014
Saint-Ouen, le 15 Octobre 2014