vendredi 17 août 2018

> À la une

17
St Ouen, le 17 novembre 2011

ECall : la FNAA sensibilise les autorités européennes aux risques anticoncurrentiels du système français

La FNAA sensibilise les autorités européennes sur les risques anticoncurrentiels de la solution technique que la France préconise pour appliquer le eCall sur notre territoire à partir de 2015.

eCall... Derrière cet anglicisme qui signifie «Emergency Call» (appel d’urgence), on trouve un noble dessein: permettre à tout véhicule de pouvoir déclencher une alerte automatique ou manuelle avec géo-localisation du véhicule en cas d’accident. La Commission européenne, à l’origine du projet, estime qu’il peut sauver «plusieurs centaines de vies en Europe chaque année» grâce aux précieuses secondes ainsi gagnées par les services de secours. Toutes les voitures neuves devraient être équipées de ce système à partir de 2015.

Mais tous les pays ne sont pas d’accord sur le mode de fonctionnement de ce système d’urgence. A commencer par la France qui lui préfère le «TPS eCall» (TPS signifiant «Third Party Services», ou services tiers), d’ores et déjà adopté par Peugeot et Citroën et déployé sur 800 000 véhicules roulants. Ce TPS eCall préconise un «filtrage» des appels par des services privés, à savoir en l’occurrence... les plateformes d’appels des constructeurs et les assureurs. L’argument du filtrage a séduit nos autorités, en ce sens qu’il permet de ne transmettre aux services de secours que les appels réellement liés à des pronostics vitaux, évitant de saturer ces derniers de questions ou de besoins secondaires qui pourraient nuire à leur réactivité.

La F.N.AA considère en revanche que ce TPS eCall peut aussi être utilisé pour véhiculer des «services» ou «filtrer» ces besoins secondaires (pannes, dépannages, réparations, etc.). La crainte de la FNAA en la matière est légitime: si ces services sont managés par des constructeurs et des assureurs, le risque est grand de voir ces derniers privilégier leurs réseaux après-vente ou leurs réseaux agréés de dépannage et de réparation-collision.

C’est pourquoi, le 26 octobre dernier, la F.N.AA et l’AESRA (Association Européenne des Services et de la Réparation Automobile dont la FNAA est membre fondateur) ont rencontré(*) la Direction « Mobilité et Transports » qui pilote le dossier et la Direction à la Concurrence. « Attentif à nos arguments, nos interlocuteurs () nous ont promis que «la prise d’un intérêt de nature à compromettre l’impartialité, l’indépendance ou l’objectivité de ce système serait interdite», se félicite Gérard Polo, président de la FNAA.
Malgré cet excellent accueil et ce premier résultat, la FNAA restera vigilante tout au long du processus européen du eCall qui doit être opérationnel au 1er janvier 2015 dans tous les pays européens.

*La délégation de la FNAA et de l’A.E.S.R.A. : Gérard Polo, président de la FNAA, René Rigaud, président délégué de la FNAA et Président de l’AESRA, Aliou Sow, secrétaire Général de la FNAA, Brigitte Castell, Conseiller aux Affaires Européennes.

Contacts presse

F.N.A.A / Aliou SOW - Secrétaire Général / 01 40 11 99 04 / aliou.sow@fna.fr ACTION MEDIA / Emilie Deslandes / 01 41 99 92 37 / e.deslandes@actionmedia.fr Retrouvez toutes les informations et actions de la F.N.A.A sur son site : http://www.fna.fr/