mardi 13 novembre 2018

> À la une

31
                                                                                                 


Saint-Ouen, le 31 mars 2015


Lettre ouverte de la FNAA au Premier Ministre Manuel Valls sur la mise en danger
de l’apprentissage de la conduite !

Le 4 février dernier, La FNAA (Fédération Nationale de l’Artisanat Automobile), qui intégrait récemment en son sein l’Unic (Union Nationale des Indépendants de la Conduite), vient d’adresser une lettre ouverte au Premier Ministre, Monsieur Manuel Valls, intitulée « Lettre ouverte sur la mise en danger de l’apprentissage de la conduite ».
Ce courrier réclame un arbitrage urgent du Gouvernement pour que les députés et les sénateurs ne s’éloignent pas, au fil d’amendements trop consuméristes, voire électoralistes, de l’esprit de l’article 9 de la Loi Macron qui avait trouvé un sage équilibre entre nécessité de réformer l’accès à l’apprentissage de la conduite et le maintien d’une qualité de cet enseignement.

La FNAA rappelle que l’article 9 de la Loi Macron est, en matière d’apprentissage de la conduite, issue de consultations menées avec l’Unic et tenant compte des travaux menés sur le sujet entre les auto-écoles et leur organisme de tutelle qu’est le ministère de l’Intérieur. À ce titre, le texte présenté avait su trouver un juste et sain équilibre entre la nécessité d’un apprentissage exigeant car synonyme de sécurité routière et la volonté des pouvoirs publics comme des auto-écoles de réformer l’apprentissage de la conduite dans un but recherché par tous : rendre cet enseignement plus facilement accessible, tant en matière pécuniaire qu’en termes de délais.

Mais depuis, la FNAA ne peut hélas que constater que les récents travaux parlementaires ont soumis de nombreux amendements qui, en l’état, menacent autant l’existence déjà précaire des 13 000 auto-écoles françaises que celle de leurs moniteurs-salariés et surtout, par extension, l’efficacité de ce quasi-service public qu’est l’enseignement de la conduite en France.

Si le législateur ne revient pas sagement à l’esprit et à la forme du texte initial, la FNAA craint que la loi, en hypertrophiant parfois jusqu’à l’absurde une évidente volonté de dérégulation, ne rende dangereusement illusoire le nécessaire et vital devoir de savoir-conduire et de savoir-être des futurs automobilistes au seul profit d’une vision ultra-consumériste qui, à terme, pourrait rendre nos routes bien moins sûres…

Vous trouverez ci-dessous la copie intégrale de la lettre ouverte à Monsieur Manuel Valls, Premier Ministre, qui détaille l’ensemble des points qui préoccupent légitimement les professionnels de l’apprentissage de la conduite.

Cliquez-ici pour télécharger le communiqué de presse

Cliquez-ici pour télécharger la lettre ouverte au premier ministre