mardi 13 novembre 2018

> À la une

04

Le 19 mars dernier, la F.N.AA a rencontré les services de Paolo Cesarini, Commission européenne, Direction de la Concurrence, au sujet de l’avenir du règlement européen d’exemption 1400/2002.

La F.N.AA a une nouvelle fois sensibilisé les fonctionnaires de la commission européenne sur la nécessité de permettre aux réparateurs indépendants d’avoir accès, sans aucune exception et de manière standardisée, à toutes les informations techniques et aux codes de reprogrammation de l’ensemble du parc automobile afin de pouvoir apporter aux consommateurs une offre alternative durable.
Un tel accès ne doit pas obliger le réparateur à investir dans un outil spécifique à chaque marque.
Au-delà, la F.N.AA réclame une attention particulière de la Commission européenne sur certaines pratiques qui pénalisent les réparateurs indépendants :
- contrats d’entretien offerts (ou vendu pour 1 €) lors de l’achat du véhicule neuf (le
réparateur indépendant n’a plus de contact avec l’automobiliste pendant de nombreuses
années, 5 voire 7 ans),
- mise à niveau des véhicules par le seul réseau constructeur,
- carnets d’entretien électroniques dont la lecture ne peut se faire qu’au moyen d’un
appareil spécifique à la marque, etc.
La généralisation de ces pratiques aurait pour effet d’écarter les indépendants du marché.
Or sans l’offre alternative de ces professionnels, les consommateurs seraient fortement pénalisés et payeraient le prix fort.
La Commission européenne devrait publiée sa position courant juin/juillet 2009 par rapport à la future réglementation qui s’appliquera au secteur de l’automobile