Hausse du prix des carburants : la FNA demande des mesures urgentes pour les professionnels et les consommateurs

10 mars 2022Communiqué de presse

Hausse du prix des carburants : la FNA demande des mesures urgentes pour les professionnels et les consommateurs

Jamais notre pays n’a été confronté à de telles hausses. Le contexte international révèle une fois de plus ce que la FNA défend depuis longtemps : le carburant est un produit stratégique qui ne doit pas être assimilé à un produit de consommation courant. A l’heure où le Gouvernement réfléchit à des mesures dites de résilience, la FNA saisit le Président de la République et le Gouvernement d’une lettre ouverte. Le prix du carburant étant constitué à deux tiers des taxes, le levier le plus immédiat est entre les mains du Gouvernement. A cela s’ajoute en toile de fond, un maillage de stations-service des plus faibles d’Europe (2,5 stations/100 km2 contre 3,1 dans le reste de l’UE) qui ne tiendra pas sur de nombreux départements.  

La Fédération Nationale de l’Automobile (FNA) demande au Gouvernement la mise en place de mesures d’urgence fortes face à la hausse exponentielle des carburants. 

En quelques jours, le prix du carburant en France a explosé dépassant parfois les 2,20€/L tant pour l’essence que le gasoil. Cette hausse se traduit mathématiquement par une baisse du pouvoir d’achat du consommateur et un alourdissement dramatique des charges pour les entreprises dont le véhicule est l’outil de travail (écoles de conduite, entreprises de dépannage remorquage fourrière, location des véhicules, poids lourds …). 73% des ménages utilisent leurs véhicules au quotidien, notamment dans les zones rurales, faute d’alternative crédible. 

La politique d’un chèque énergie bien qu’elle soit populaire, ne peut être une solution pérenne. La FNA demande depuis 2007, soit la déduction du montant de la TICPE de la base de calcul de la TVA, soit la restauration du mécanisme de la TICPE flottante afin de faire face aux hausses brutales des prix du pétrole. Nous avons besoin de mesures fortes.  

Ces mesures sont également très attendues des professionnels eux-mêmes notamment pour ceux dont le véhicule est un outil de travail. La FNA demande pour eux des mesures adaptées et rapides, pour éviter que cette hausse ne se répercute sur le consommateur et pulvérise la reprise économique et sociale. Nous pensons notamment aux écoles de conduite et aux entreprises du dépannage remorquage fourrières. Un chèque énergie spécial entreprise devrait être créé pour tous, accompagné d’un crédit d’impôt pour l’année 2022 pour les gros rouleurs précités.  

Les stations-services traditionnelles, toujours plus fragilisées  

Après la crise sanitaire, le développement des énergies alternatives et désormais la flambée des prix, la consommation en carburants ne va cesser de chuter. La France voit alors son maillage de stations-services se désagréger, il est l’un des plus faible d’Europe.  

Ce réseau traditionnel fait intimement partie de la réussite de la transition écologique progressive du parc. Il ne doit pas être laissé de côté. Les détaillants en carburants sont en outre les mieux formés sur l’usage des énergies, facilement identifiables des usagers pendant leurs parcours. 

La FNA demande au Gouvernement de toute urgence d’intégrer cette problématique à l’ensemble des politiques publiques. Un plan de soutien doit être créé avec des moyens suffisants pour aider notre secteur traditionnel à proposer la distribution de nouvelles énergies (E85, GPL, électrique, hydrogène …). La FNA demande alors qu’un budget de 100 millions d’euros sur 3 ans leur soit alloué.