Elections des représentants au CSE MAJ 2021

Sont concernées les entreprises dont l’effectif atteint au moins 11 salariés pendant 12 mois consécutifs (article L 2311-2 du Code du travail).
Si, pour un mois donné, l’effectif de l’entreprise passe sous le seuil de 11 salariés, le décompte des 12 mois consécutifs repart de zéro.

Sont concernées les entreprises dont l’effectif atteint au moins 11 salariés pendant 12 mois consécutifs (article L 2311-2 du Code du travail). Si, pour un mois donné, l’effectif de l’entreprise passe sous le seuil de 11 salariés, le décompte des 12 mois consécutifs repart de zéro.

 La mise en place du Comité Social et Economique (CSE) est concrétisée par les élections professionnelles, qui se déroulent dans les mêmes conditions que pour les anciennes institutions représentatives du personnel, avec toutefois quelques nouveautés.

Cette note présente, étape par étape, le déroulement des élections des représentants du personnel.

Quand procéder aux élections pour mettre en place le Comité Social et Economique (CSE) ?

⮲  Le CSE constitue l’instance unique de représentation du personnel dans l’entreprise, il se substitue aux « délégués du personnel » dans les entreprises d’au moins 11 salariés, et aux trois instances, « délégués du personnel », « comité d’entreprise » et « comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail » ou, le cas échéant, à la délégation unique du personnel ou à l’instance regroupée, dans les entreprises d’au moins 50 salariés.

Le CSE doit être mis en place dans toutes les entreprises d’au moins 11 salariés au plus tard le 31 décembre 2019.

  La date de la 1re mise en place du CSE varie selon la présence ou non de représentants du personnel (DP, CE, CHSCT) et la date de fin de leur mandat.

Attention ! Si le terme de leurs mandats se situe après 2019, l’employeur doit néanmoins organiser les élections en 2019, puisque le CSE doit être mis en place avant le 1er janvier 2020.

 

Les sanctions en l’absence d’organisation d’élections professionnelles

 Le fait pour un employeur de ne pas mettre en place des institutions représentatives du personnel dans l’entreprise sans établir de procès-verbal de carence, cause un préjudice aux salariés :

  • Absence de possibilité de représentation ;
  • Absence de possibilité de défense de leurs intérêts.

Il en découle que les salariés peuvent obtenir en justice des dommages et intérêts.

En outre, l’employeur encourt une peine d’1 an d’emprisonnement et de 7.500 € d’amende en cas de non-organisation des élections professionnelles.

L’absence d’organisation d’élections professionnelles sera également sanctionnée, indirectement, dans certains cas particuliers pour lesquels les représentants du personnels (ou un PV de carence) sont requis : inaptitude, dénonciation d’usage, etc…

Cour de cassation sociale du 15 mai 2019, pourvoi n° 17-22.224

Rappel des règles relatives à l’organisation des élections

Une fois que l’entreprise a atteint le seuil des 11 salariés pendant 12 mois consécutifs, l’employeur est tenu de prendre l’initiative d’organiser les élections, hier de délégués du personnel, aujourd’hui du comité social et économique (CSE).

Pour rappel, le décompte de l’effectif s’opère selon les règles du Code du travail (art L 1111-2) : les CDI temps plein sont pris en compte intégralement dans l’effectif, les CDD au prorata de leur temps de présence au cours des 12 mois précédents (sauf remplacement d’un salarié absent), et les salariés à temps partiel sont pris en compte au prorata de leur temps de travail tout type de contrat confondu.

Il faut également organiser les élections lorsque les mandats des représentants du personnel arrivent à échéance, tous les quatre ans, ou à l’échéance des mandats si une durée inférieure a été fixée.

Les élections se font en deux tours : le 1er tour est consacré aux candidats présentés par les organisations syndicales (délégués syndicaux), un 2ème tour est organisé à défaut de délégués syndicaux (candidats ou élus).

Les élections ont lieu pendant le temps de travail (sauf accord contraire entre l’employeur et les organisations syndicales).

L’élection a lieu au scrutin secret sous enveloppe ou par vote électronique. Le vote par correspondance est retenu par exception quand il est prévu par le protocole pré-électoral.

Nombre de membres à élire en fonction des effectifs de l’entreprise (extrait du tableau) :

Effectif (nombre de salariés)

Nombre de titulaires Nombre de suppléants

11 à 24

1 1

25 à 49

2

2

50 à 74 4

4

Etc. ……

……

Cas des entreprises ayant plusieurs établissements : 

Article 1.07 –b) de la convention collective : DIALOGUE SOCIAL DANS L’ENTREPRISE (Avenant n° 85 du 24 mai 2018)

(Extrait) : Lorsque l’entreprise comporte au moins deux établissements, un CSE central et des CSE d’établissement sont institués.

L’existence d’établissements distincts, leur nombre et leur périmètre sont déterminés par accord d’entreprise ou, à défaut, par accord entre l’employeur et le CSE, ou à défaut, par décision unilatérale de l’employeur.

L’accord d’entreprise reconnaissant l’existence d’établissements distincts peut prévoir la mise en place de représentants de proximité, dont il fixe le nombre, les attributions, les modalités de désignation et de fonctionnement.

Etape 1 : Informer le personnel du projet d’élections de représentants du personnel au CSE « par tout moyen permettant de conférer date certaine » (affichage, informations sur l’intranet, courriel…).

Le document diffusé au personnel précise les dates, heures et lieux des élections envisagées pour le premier tour des élections, qui doit se tenir au plus tard le 90e jour après cette information, qu’il s’agisse d’une première élection ou d’un renouvellement (article L 2314-4 du Code du travail).

Si l’employeur n’agit pas, il peut être invité à le faire par un syndicat ou un salarié. Dans ce cas, il est tenu d’engager la procédure d’organisation des élections dans le mois qui suit la réception de la demande (article L 2314-8 du code du travail). Le salarié qui a saisi son employeur d’une telle demande bénéficie d’une protection contre le licenciement si son initiative est confirmée par un syndicat (article L 2411-6 du Code du travail).

Après l’établissement d’un procès-verbal de carence (à défaut de candidature ou de quorum au 1er tour), une nouvelle demande d’organiser des élections ne peut intervenir qu’après un délai de six mois.

Etape 2: Informer par courrier recommandé AR les organisations syndicales et les inviter à négocier un protocole d’accord préélectoral

Quelles organisations syndicales contacter ?

  • Les organisations syndicales représentatives ayant constitué une section syndicale dans l’entreprise, ainsi que les syndicats affiliés à une organisation syndicale représentative au niveau national et interprofessionnel y sont également invités par courrier : CFDT, CFTC, FO, CFE-CGC, FTM-CGT. En cas de réponse, un protocole préélectoral sera établi et fixera les modalités d’organisation et de déroulement des opérations électorales entre l’employeur et les organisations syndicales.

Le courrier d’invitation doit être envoyé au minimum un mois avant la date des élections puisque le protocole doit laisser un mois entre sa signature et l’organisation du scrutin.

 

MODELE DE COURRIER DESTINE AUX ORGANISATIONS SYNDICALES

Lettre recommandée AR

Objet : Elections des représentants du personnel au CSE

M….,

Nous sommes une entreprise relevant de la convention collective nationale des Services de l’automobile occupant _____ (nombre)   salariés. Le 1er tour des élections des représentants du personnel au CSE va avoir lieu le ___(date). 

Conformément aux textes en vigueur, nous vous invitons à la négociation d’un protocole pré-électoral à telle heure, telle date et telle adresse.

Veuillez agréer,……….

NB : les Syndicats ne sont pas obligés de répondre. Ils se présenteront ou ne se présenteront pas au rendez-vous.

A quel moment informer ?

Dans le cas d’un renouvellement, l’invitation des organisations syndicales aux négociations préélectorales doit être envoyée deux mois avant l’expiration des mandats des représentants en exercice. Par ailleurs, le 1er tour des élections doit avoir lieu dans la quinzaine précédant l’expiration des mandats.

Cette invitation doit parvenir aux syndicats au moins 15 jours avant la première réunion de négociation préélectorale.

Etape 3: Établir les listes électorales

Conditions pour être électeur

Sont électeurs, les salariés (CDD ou CDI) :

  • âgés d’au moins 16 ans,
  • ayant travaillé au moins 3 mois dans l’entreprise,
  • n’ayant pas fait l’objet d’une condamnation privative du droit de vote

Les apprentis et stagiaires remplissant ces conditions peuvent être électeurs, bien qu’ils ne soient pas pris en compte dans l’effectif de l’entreprise.

Conditions pour être éligible (candidat) 

Sont éligibles, les salariés (CDD ou CDI) :

  • âgés d’au moins 18 ans,
  • ayant travaillé au moins un an dans l’entreprise, à l’exception des conjoint, partenaire pacsé, concubin, ascendants, descendants, frères, sœurs ou alliés au même degré de l’employeur.
  • n’ayant pas encouru de condamnation privative de droit de vote

Les salariés travaillant à temps partiel simultanément dans plusieurs entreprises ne sont éligibles que dans l’une de ces entreprises. Ils choisissent celle dans laquelle ils font acte de candidature.

Si aucun salarié ne s’est porté candidat aux élections, l’employeur doit-il poursuivre le processus électoral ?

La réponse diffère selon l’effectif de l’entreprise.

  Dans les entreprises dont l’effectif est compris entre 11 et 20 salariés, lorsqu’aucun salarié ne s’est porté candidat aux élections dans les 30 jours suivant la diffusion de l’information par l’employeur au personnel de l’organisation prochaine des élections, ce dernier est dispensé d’inviter les organisations syndicales à négocier le protocole d’accord préélectoral. Le processus électoral s’achève, les élections professionnelles n’ont pas à être organisées (art. L. 2314-5). L’employeur établit à cette date un procès-verbal de carence.

  Dans les entreprises de plus de 20 salariés, l’employeur doit inviter les organisations syndicales à négocier un protocole d’accord pré-électoral. A l’issue du processus électoral, si aucune personne ne s’est portée candidate ni au premier tour ni au second tour, un procès-verbal de carence est établi.

Le 1er tour des élections est réservé aux listes présentées par les organisations syndicales représentatives dans l’entreprise. 

Les listes de candidats doivent être composées pour chaque collège électoral : collège ouvriers employés et collège cadre, dès lors qu’au moins 25 cadres sont dénombrés dans l’entreprise. Les listes doivent comporter un nombre de femmes et d’hommes correspondant à la part de femmes et d’hommes inscrits sur la liste électorale, dans le collège au sein duquel elles se présentent (L 2314-30 du code du travail). Le non-respect de cette obligation pourrait faire l’objet d’un recours devant le juge judiciaire.

A défaut de collèges distincts (cadres et non-cadres), les candidats sont regroupés en un « collège unique ».

Le 2nd tour des élections est libre et ouvert à l’ensemble des salariés répondant aux conditions d’éligibilité.

Etape 4 : Mettre en place le 1er tour de scrutin

Les élections des représentants du personnel se font au scrutin de listes à deux tours avec représentation proportionnelle à la plus forte moyenne. Il est procédé à des votes séparés pour les représentants titulaires et les représentants suppléants, dans chacune des catégories professionnelles formant des collèges électoraux.

Il incombe à l’employeur de désigner un bureau de vote, dès l’annonce du 1er tour des élections, pour chacun des collèges.

Le bureau de vote est chargé de la surveillance du bon déroulement du scrutin, du dépouillement du scrutin, de la proclamation des résultats et de l’établissement du procès-verbal des élections des représentants du personnel au CSE.

Le 1er tour des élections est réservé aux listes établies par les organisations syndicales qui ont été invitées à négocier le protocole préélectoral.

L’élection a lieu au scrutin secret sous enveloppe ou par vote électronique.

Le 1er tour n’est retenu que si le quorum est atteint : il faut que le nombre de votants soit au moins égal à la moitié des électeurs inscrits.

  Ne sont pas comptabilisés comme votants les bulletins blancs, nuls ou panachés.

Etape 5 : Mettre en place le 2nd  tour de scrutin

Organisé dans les 15 jours suivant le 1er tour, le 2nd  tour est ouvert à toutes les candidatures qu’elles soient ou non présentées par une organisation syndicale.

Etape 6: Dépouiller et attribuer des sièges de représentants du personnel aux listes en présence

Chaque liste se voit attribuer autant de sièges que le nombre de voix recueilli contient de fois le quotient électoral. Le quotient électoral est égal au nombre total des suffrages valablement exprimés par les électeurs du collège, divisé par le nombre de sièges à pourvoir.

Lorsqu’il n’a été pourvu aucun siège ou qu’il reste des sièges à pourvoir, les sièges restants sont attribués sur la base de la plus forte moyenne.

A cet effet, le nombre de voix obtenu par chaque liste est divisé par le nombre augmenté d’une unité des sièges déjà attribués à la liste. Les différentes listes sont classées dans l’ordre décroissant des moyennes obtenues. Le premier siège non pourvu est attribué à la liste ayant la plus forte moyenne.

Il est procédé successivement à la même opération pour chacun des sièges non pourvus jusqu’au dernier.

Lorsque deux listes ont la même moyenne et qu’il ne reste qu’un siège à pourvoir, ce siège est attribué à la liste qui a le plus grand nombre de voix.

Lorsque deux listes ont recueilli le même nombre de voix, le siège est attribué au plus âgé des deux candidats susceptibles d’être élus.

Etape 7 : Désigner les élus au sein de chaque liste

Les élus sont désignés dans l’ordre de présentation de la liste à l’exception du cas où le nombre de ratures faites sur le nom d’un candidat est égal ou supérieur à 10% des suffrages valablement exprimés en faveur de la liste sur laquelle il figure. La désignation des élus se fait alors en fonction du nombre de voix obtenu par chaque candidat.

Etape 8 : Proclamer les résultats des élections 

Il appartient au bureau de vote de proclamer oralement les résultats des élections des représentants du personnel en nommant les élus avec le nombre de voix obtenues par chacun.

Etape 9 : Etablir et transmettre le procès-verbal des élections

Le procès-verbal des élections est dressé par le bureau de vote.

L’employeur doit, dans les 15 jours, transmettre le(s) formulaire(s) Cerfa[1] par voie dématérialisée ou par courrier postal.

[1]  Disponibles sur www.elections-professionnelles.travail.gouv.fr

NB : Le numéro de convention collective (IDCC) à indiquer pour les Services de l’automobile est le : 1090

Procès-verbal des élections des titulaires et  Procès-verbal des élections des suppléants 

1 exemplaire est envoyé au Centre de traitement des élections professionnelles à l’adresse suivante : CTEP  –  TSA 79104  –  76934 ROUEN CEDEX 9

Les envois à l’inspection du travail ne sont plus nécessaires, ils seront effectués par le CTEP.

1 copie du procès-verbal est envoyé à chaque syndicat ayant présenté une liste de candidats et/ou  ayant participé à la négociation du protocole d’accord pré-électoral.

Procès-verbal de carence1 exemplaire est envoyé au Centre de traitement des élections professionnelles à l’adresse suivante : CTEP  –  TSA 79104  –  76934 ROUEN CEDEX 9

1 exemplaire est envoyé à l’inspection du travail (toujours obligatoire en cas de carence totale).

Informer également les salariés par voie d’affichage des résultats des élections, obligatoire pour les PV de carence.

Durée des mandats

Les membres de la délégation du personnel du Comité social et économique sont élus pour quatre ans (article L 2314-33 du Code du travail). Cette durée peut réduite à 2 ou 3 ans par accord d’entreprise.

Le nombre de mandats successifs est fixé à trois, excepté pour les entreprises de moins de 50 salariés ou sauf accord collectif dérogatoire.

Les fonctions de ces membres prennent fin par le décès, la démission, la rupture du contrat de travail, la perte des conditions requises pour être éligible. Ils conservent leur mandat en cas de changement de catégorie professionnelle.

Le mandat des représentants de proximité, des représentants syndicaux au CSE, des délégués syndicaux et des représentants de section syndicale prennent fin en même temps que celui des membres élus du CSE.

*******************************

Pour vous aider dans la mise en place du CSE, nous vous conseillons de consulter les documents suivants disponibles dans notre base documentaire FNA

  • Ministère du Travail: 100 questions/réponses sur le CSE
  • Calendrier électoral avec retro planning 

Autres documents dans la même catégorie :

Convocation entretien préalable en vue d’une rupture conventionnelle

Le pouvoir disciplinaire de l’employeur

Le précis de l’apprentissage

Mise à disposition de cabinets d’aisance

Chauffage des locaux

Douches : obligatoires ou non ?

Les lavabos en entreprise

Les vestiaires dans l’entreprise

Durée légale et durée maximale du travail

Le temps de trajet

Le temps d’habillage

La clause de non concurrence

Epargne salariale, intéressement, participation

Modèle CDI dépanneur – temps complet

Résiliation des contrats de complémentaires santé (mutuelle)

Avenant dans le cadre d’un temps partiel thérapeutique

Le licenciement pour inaptitude d’origine non professionnelle – sans obligation de reclassement

Le cumul emploi retraite (salariés – indépendants)

Le SMIC au 1er octobre 2021

La visite médicale de fin de carrière – soyez vigilants

Déclaration et reconnaissance d’un accident du travail

Contribution à la formation professionnelle : acompte à régler avant le 15/09/2021

Le Capital de fin de carrière

Gérer un abandon de poste

Le bulletin officiel de la sécurité sociale – BOSS

Le solde de tout compte

Avenant contrat temps partiel thérapeutique

Temps partiel thérapeutique – reconnaissance – mise en place

Avenant de renouvellement d’un contrat à durée déterminée (terme précis)

Modèle CDI – temps complet

Trame entretien professionnel

Trame entretien annuel d’évaluation

La modification du contrat de travail

Les conséquences de la sous – qualification d’un salarié

La visite médicale de reprise du travail

Le compte épargne temps

Les chèques cadeaux

Travaux interdits et réglementés – emploi jeunes de 15 à 18 ans

Modèle notification de licenciement pour inaptitude non professionnelle sans reclassement

Modèle notification de licenciement pour faute grave dans le cas d’un abandon de poste

AIDE AU FINANCEMENT DU PERMIS DE CONDUIRE DES APPRENTIS

Gérer l’état d’ébriété d’un salarié en entreprise

Charges sociales au 1er janvier 2021

Convention collective – juillet 2021

Conditions légales de départ à la retraite

Nécessité de remplacer un salarié absent

Le dispositif de prime exceptionnelle de pouvoir d’achat – PEPA – « Prime Macron »

Les opérateurs de compétence (OPCO) – L’OPCO Mobilités

L’entretien professionnel – l’entretien d’état des lieux récapitulatifs

La retraite progressive des salariés et des indépendants

Les heures supplémentaires relatives au travail des vendeurs

Les astreintes

Heures supplémentaires

Réduction du temps de travail et contrat de travail

Repos quotidien et repos hebdomadaire

Indemnisation indisponibilité du salarié cadre

Arrêt maladie, accident de travail – ouvriers – employés – agents de maîtrise

Usage d’entreprise – engagement unilatéral de l’employeur

Modèle CDI – Temps partiel

La gestion sanitaire des vagues de chaleur

Congés payés et maladie

Congés payés synthèse

Minima garantis 2021

Le calcul du salaire des vendeurs

CDI – temps complet – vendeur

CDI – temps complet – dépanneur

Modèle CDI – temps complet – (enseignement conduite)

Le temps de pause

Le temps de trajet

Le temps d’habillage

TRAVAIL DE NUIT

TRAVAIL LE DIMANCHE

Modèle mise en demeure suite absence salarié à son poste de travail

Modèle convocation à entretien préalable à sanction pouvant aller jusqu’au licenciement

Modèle convocation entretien préalable à sanction disciplinaire

Médaille d’honneur du travail

Convention collective services de l’automobile – CCNSA – Avril 2021

L’interdiction de vapoter

L’interdiction de fumer

AFFICHAGE CONSIGNE INCENDIE

TARIFICATION ACCIDENTS DU TRAVAIL / MALADIES PROFESSIONNELLES 2021

Les nouveaux critères de prise en charge du FAFCEA pour 2021

CONTRIBUTIONS A LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET LA TAXE D’APPRENTISSAGE 2020-2021

Aide à l’embauche : l’opération « emploi franc+ » et le dispositif « emploi franc »

LES ATTESTATIONS POLE EMPLOI EVOLUENT

AIDES A L’EMBAUCHE MAJ octobre 2021

ARRETS DE TRAVAIL DEROGATOIRES LIES AU COVID 19 ANNEE 2021

LE REPORT DES VISITES ET EXAMENS MEDICAUX DES SALARIES

1er juin 2021 : « gestion de la sortie de crise sanitaire par la loi et mesures transitoires toujours en vigueur »

Le congé de paternité et d’accueil de l’enfant

MODELE CDD A TERME PRECIS

Modèle CDD- temps complet – sans terme précis – durée minimale

Modèle – Avenant de renouvellement d’un CDD

FNE FORMATION 2021

Offre de contrat de travail ou promesse de contrat de travail

La vidéosurveillance

SMIC AU 1ER JANVIER 2018

Salaires minima conventionnels 2018 au 1er Janvier 2018

Revalorisation du SMIC au 1er janvier 2021

Reçu pour solde de tout compte

Licenciement pour motif économique

Licenciement pour inaptitude professionnelle suite AT ou maladie pro

Les réunions à distance du CSE pendant l’état d’urgence sanitaire

Calendrier électoral CSE

Les Sanctions disciplinaires

Discrimination sur l’apparence physique au travail

Modèle de Règlement intérieur suivi de commentaires

Questionnaire Accords d’entreprise et actions spécifiques

Lettre fédérale n° 10-19 Questionnaire accord d’entreprise et actions spécifiques

Covid19 – Arrêts de travail simplifiés 2020

L’année 2020 et le casse-tête des entretiens professionnels

Compte personnel de formation (C.P.F)

Jobs d’été

Embauche d’un salarié majeur : Les formalités à effectuer

Modèle convention forfait jours

Modèle Accord annualisation du temps de travail

Voiture de service ou véhicule de fonction – Avantage en nature

Modèle convention forfait jours

Modèle Contrat à durée déterminée

Modèle compte-rendu entretien professionnel bilan 6 ans

Entretien professionnel – entretien d’état des lieux récapitulatif

Modèle de clause de confidentialité pour intégration contrat de travail

Indemnité de congés payés

Fermeture de l’entreprise pour congés

Congés payés

Congé parental d’éducation

Congé Maternité et indemnités journalières pour les travailleuses indépendantes

RPCS dispenses d’affiliation

Modèle DUE frais santé

Rupture du contrat d’apprentissage

Rémunération du contrat de professionnalisation

Rémunération du contrat d’apprentissage

Rupture de la période d’essai de l’apprenti par l’employeur

Emploi des jeunes de 15 à moins de 18 ans

Congé pour examen accordé aux apprentis

Les registres obligatoires et conseillés en entreprise

Affichages ou diffusions obligatoires

Affichage obligatoire à l’attention du personnel

Affichage harcèlement

Affichage Egalité professionnelle hommes femmes

Charges sociales janvier 2018

Bulletin de paie simplifié janv 2018

SMIC au 1er janvier 2017

Salaires minima au 1er janvier 2017

SMIC au 1er janvier 2016

Salaires minima au 1er janvier 2016

SMIC au 1er janvier 2015

Salaires minima au 1er janvier 2015

Certificat de travail

Covid- Arrêt maladie derogatoire et classique

RGPD Note d’information aux salariés traitement des données personnelles

RGPD Note d’information aux salariés

RGPD Lettre confidentialité du salarié amené à manipuler des données à caractère personnel

Jours fériés et congés payés

Congé de maternité

Contrat d’apprentissage

Contrat apprentissage ou professionnalisation

Affichage égalité de rémunération hommes femmes

retour à l’accueil de la base documentaire